Des figures mondiales ...

Artur Avila

Artur Avila. Ce nom vous dit quelque chose ? En tout cas pour nous, il nous est assez familier, car cet homme est présent dans nos locaux ! Vous le voyez ?

 

Né en 1979 à Rio de Janeiro, Artur Avila est un franco-brésilien. Il est connu pour être un mathématicien de génie, travaillant principalement dans les domaines des systèmes dynamiques et de la théorie spectrale.

A seulement 16 ans, il remporte la Médaille d’or aux Olympiades internationales de mathématiques de Toronto. Grace à cela, il obtient une bourse qui lui permet d’étudier à l’Institut national de Mathématiques pures et appliquées.

A 19 ans, il commence son doctorat en dynamique unidimensionnelle.

A 21 ans, il soutient sa thèse et rejoint le Collège de France pour son post-doctorat, et intègre par la suite le CNRS,  2 ans plus tard.

La consécration arrive en 2014, lorsqu’il obtient la médaille Fields, plus haute distinction en mathématique, équivalent au prix Nobel. La même année, on lui décerne la Légion d’honneur. Tout au long de son parcours, il a obtenu plusieurs autres distinctions :

Michelle Obama

Nous n’avons pratiquement plus besoin de la décrire tant cette femme est inspirante pour le monde entier ! Epouse de l’ancien président, Barack Obama, première femme afro-américaine devenue première dame des Etats-Unis, Michelle est née en 1964 à Chicago. Michelle Robinson, de son nom de jeune fille, étudie à l’Université de Princeton et à la faculté de droit de Harvard, obtenant son diplôme en 1988. Elle est spécialisée dans le marketing et la propriété intellectuelle.

Elle intègre alors le cabinet d’avocats Sidley Austin, où elle deviendra la maitresse de stage de son futur époux, Barack Obama. Mariés en 1992, ils eurent leur premier enfant 6 ans plus tard en 1998, puis un second en 2001. Michelle enchaine différents postes : avocate, assistante du maire de Chicago, directrice d’une association, directrice des affaires communautaires puis vice-présidente des affaires externes de l’université de médecine de Chicago.

En 2008, la campagne présidentielle de son mari propulse Michelle Obama au premier plan des médias. Elle se démarque notamment lors de son discours lors de la convention démocrate à Denver, lors de laquelle Barack est désigné en qualité de candidat à l’élection. Elle a surtout fait l’objet de multiples attaques alimentées par l’équipe du concurrent direct de son mari, John McCain.

En 2009, elle se tient devant le Capitole avec son mari, où elle deviendra officiellement la première dame du pays. A partir de là, son parcours est suivi de près par les médias.

Au cours de sa période en tant que première dame, Michelle Obama s’engage dans la Croix-Rouge Américaine, et dans de nombreux projets et campagnes orientées sur l’éducation, la lutte contre l’obésité, la défense des intérêts des familles de militaires.

Mais aussi locales !

Paul Bocuse

Tous les lyonnais connaissent et adulent Monsieur Paul. Son décès début 2018 a attristé la ville et le monde de la gastronomie française et internationale.

 

Paul Bocuse

Le chef Paul Bocuse

 

Né le 11 février 1926 et mort le 20 janvier 2018 dans son Auberge du Pont de Collonges, à Collonges-au-Mont-d'Or, près de Lyon, il est un grand chef cuisinier français. Trois étoiles au Guide Michelin pendant 53 années (de 1965 à 2018), il compte parmi les plus célèbres cuisiniers du monde et fut un précurseur de la nouvelle cuisine, l'un des maîtres de la cuisine traditionnelle et de la grande cuisine.

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur par le président Valéry Giscard d'Estaing en 1975, puis commandeur en 2004.

Il est désigné « cuisinier du siècle » par Gault et Millau et « pape de la gastronomie » en 1989, puis » chef du siècle » en 2011 par The Culinary Institute of America (en).

Il a dirigé de nombreux restaurants à Lyon et dans le monde, dont son Trois étoiles, le restaurant gastronomique L'Auberge du Pont de Collonges, et a fondé les Bocuse d'Or en 1987, un concours de gastronomie.

Eugénie Brazier

Nous restons dans le domaine de la cuisine avec Eugénie Brazier, célèbre chef lyonnaise qui, aujourd'hui encore, donne son nom à un restaurant gastronomique situé dans le 1er arrondissement, Rue Alsace Lorraine ("La Mère Brazier").

 

Eugènie Brazier

Eugénie Brazier, la "Mère Brazier"

 

Eugénie Brazier, surnommée la mère Brazier, née le 12 juin 1895, à La Tranclière (Ain) et morte le 2 mars 1977, à Sainte-Foy-lès-Lyon, est un chef cuisinier français. Elle est à l'origine des bouchons lyonnais.

Première promotion de chef à obtenir 3 étoiles au Guide Michelin en 1933 (deux fois trois étoiles pour ses deux restaurants de Lyon et du col de la Luère, à Pollionnay) de 1933 à 1968. Cela fait d'elle la première femme à obtenir 3 étoiles au Guide Michelin en même temps que Marie Bourgeois, suivie par Marguerite Bise en 1951 et Anne-Sophie Pic en 2007.

Elle est aussi le premier chef à obtenir deux fois trois étoiles, suivie par Alain Ducasse en 1997, Marc Veyrat en 2001, Thomas Keller en 2006, Joël Robuchon en 2012 et Yannick Alléno en 2007 et 2017.

 

Voilà pour cette introduction à ces 4 grandes figures qui font maintenant partie intégrante de Weréso Lyon. Retrouvez-les au 18-20 Rue Tronchet !

 

Concernant la cinquième salle de réunion, le mot "Traboule" désigne les petits passages entre immeubles, principalement situés à Lyon, dans les quartiers du Vieux Lyon (215 traboules), de la Croix-Rousse (163 traboules) et de la Presqu'Ile (130 traboules).

 

L'idée nous est venue de sa position dans l'espace, positionnée sous l'escalier dans un petit espace très bien pensé et optimisé ...

 

Traboule

Une traboule du Vieux Lyon

 

On pense que les premières traboules ont été construites au IVe siècle. Les habitants de Lugdunum manquant d'eau, ils se sont installés au bord de la Saône (dans la « ville basse », au pied de la colline de Fourvière). Les traboules servaient alors à rejoindre rapidement la Saône. En outre, les traboules servaient aussi aux canuts, installés sur la colline de la Croix-Rousse pour rejoindre rapidement les marchands de tissus installés au bas de la colline.

De nos jours, les traboules se visitent, une quarantaine étant gratuitement ouvertes au public dans le cadre d'accords passés entre la commune et les particuliers. La ville de Lyon participe aux charges d'entretien, de nettoyage d'éclairage et à hauteur de 70 % aux travaux de restauration soumis par les propriétaires en échange d'une servitude de passage car ces lieux, la plupart du temps, demeurent privés.

Ces chemins de traverse sont l'outil idéal pour se déplacer dans la ville à l'abri des autorités, souvent ignorantes de leur configuration exacte. Jusqu'à l'invention du digicode, elles ont servi d'abri et de chemin pour les mouvements populaires, par exemple :

  • Les traboules ont été utilisées par les canuts lors de leur révolte.
  • Elles ont également été utilisées par les résistants lors de la Seconde Guerre mondiale.